Après 48 heures passées avec les plus grands influenceurs de la planète, plusieurs évidences me sont venues à l’esprit. En effet, immergé nuit et jour (les soirées au JIMMY’Z étaient aussi très constructives !) avec ceux qui font et défont les tendances au niveau mondial, j’ai pu prendre le temps d’analyser concrètement les évolutions qui ne vont pas tarder à arriver et toucher, par ricochet, tous les annonceurs. Du plus petit au plus grand. Et ces évolutions, je vais vous les résumer et vous poster plusieurs fois par semaine ce qu’il faut retenir du marché des media sociaux, en date d’Octobre 2018. Je vais essayer de vous dresser un tableau de ce qu’il faut retenir de ces 48 heures, passées au sein des différents groupes d’influenceurs et influenceuses les plus important (e)s à l’occasion de cette première édition des Influencer Award Monaco 2018.Partie 1 : 150 personnes pour plusieurs centaines de millions de consommateurs Tout d’abord, d’un point de vue quantitatif, il y avait à MONACO environ 150 influenceurs qui représentaient plusieurs centaines de millions de consommateurs. Il est évident que ces 150 personnes avaient un poids économique considérable dès lors qu’ils partageaient ou mettaient en scène ce qu’ils faisaient, achetaient, consommaient ou pensaient. Les annonceurs ne s’y sont pas trompés, et pour cette première édition, les plus grands étaient présents, comme ASTON MARTIN, AIR France, NOVOTEL, LUXE.TV. Mais pas seulement : des annonceurs de taille plus modeste étaient présents, qui ont parfaitement compris l’importance et l’opportunité d’investir dans l’influence : APM Monaco, Fairmount, Champagne JEEPER, … L’intelligence de ces marques est d’investir comme un trader qui engrange les small caps en Bourse, peu coûteuses au départ. Ils misent sur un envol de ces mêmes actions. Par rapport à l’achat d’espaces, de très très belles opportunités existent encore. Car nous ne sommes qu’au début de ce nouveau métier. Au moment même où certaines marques se demandent s’il est intéressant de penser à une stratégie media sociaux, si les budgets demandés par les agences ou les influenceurs valent vraiment le coup d’y aller, d’autres sont déjà dans l’arène et négocient âprement. Elles se positionnent pour l’avenir. J’ai connu l’Internet en 1995 alors que je montais une des toutes premières agences Web en France. Si, à l’époque, ADECCO, BOIRON, DISTRIBORG me faisaient déjà confiance, je devais traiter des objections toute la journée : « Pour mon produit, Internet, ça ne marchera jamais ! ». Aujourd’hui, nous revivons exactement la même chose. Les annonceurs étaient présents, attablés avec les plus grands influenceurs. Et ces grands influenceurs ne sont plus des personnes physiques. Ils (ou elles) viennent parfois avec une équipe de 4 ou 5 personnes. Coiffeur, maquilleur, photographe, video, manager, les influenceurs n’influencent personnellement mais en équipe. Caroline RECEVEUR était présente. A la table d’à côté. Elle avait un statut de star, suivie en permanence par des photographes et des vidéastes. Aucune différence avec une Angelina JOLIE ou un Gérard DEPARDIEU en terme de logistique et d’intérêt pour les media. A jeudi, pour la seconde partie.
agence influence positive

Influencer award monaco 2018

Par : Sébastien Faure Publié le : 9/10/2018 Tags :